Chronologie

Les Années premières

1897

James Williamson Galloway Macdonald naît à Thurso, en Écosse.

Le peintre

1915

À l’âge de 17 ans, Macdonald s’enrôle dans l’armée et combat au sein du régiment écossais Argyll and Sutherland Highlanders durant la Première Guerre mondiale.

1918

Macdonald est blessé et réformé du service militaire. Il passe près d’un an de convalescence en Irlande.

L’art est désormais parvenu au stade où il devient l’expression d’idéaux et d’aspirations spirituelles. L’artiste n’aspire plus à imiter l’apparence de la nature, mais plutôt à en exprimer l’esprit.

– Jock Macdonald

Edinburgh College of Art

1919

Macdonald s’inscrit à l’Edinburgh College of Art.

1922

Macdonald obtient un diplôme en design artistique et un certificat d’enseignant des beaux-arts de l’Edinburgh College of Art. La même année, il épouse Barbara Niece, elle-même étudiante au collège.

1922 - 1925

Macdonald travaille comme designer de tissu à Morton Sundour Fabrics à Carlisle, en Angleterre, où il crée des motifs de textiles, y compris des rideaux, des tapis, des couvre-lits et des coussins. Malheureusement, il n’existe aucun design qui puisse lui être attribué.

1925 - 1926

Macdonald répond à une petite annonce dans le journal pour un poste d’enseignant; il devient directeur du département de design de la Lincoln School of Art, à Lincoln, en Angleterre.

Le Groupe des Sept

1926

Macdonald déménage à Vancouver pour devenir directeur du département de design à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts (aujourd’hui le Emily Carr University of Art and Design). Il y rencontre Frederick Varley, membre du Groupe des Sept, qui est le doyen du département de peinture.

Peinture par Jock Macdonald, titré

The Black Tusk, Garibaldi Park, 1932, huile sur toile, Collection de la Vancouver Art Gallery, don de Michael Audain et Yoshiko Karasawa

1927

Macdonald établit son atelier avec Varley et commence à peindre à l’huile sous sa tutelle. La fille de Macdonald, Fiona, voit le jour.

Portrait de Jock Macdonald à Nootka Sound, c. 1935–36 Musée des beaux-arts de Vancouver, Archives

Jock Macdonald , c . 1930 , Photo par Catharina Vanderpant , Musée des beaux-arts du Canada Bibliothèque et Archives

1933

Macdonald et Varley quittent leurs fonctions à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts en raison de coupures salariales liées à la Dépression. Macdonald, Varley et Harry Tauber ouvrent leur propre école, le British Columbia College of Arts Limited.

Portrait de Jock Macdonald, c. 1930 Photo par Catharina Vanderpant, Musée des beaux-arts du Canada, Bibliothèque et Archives

Jock Macdonald , Untitled [ Janvier 1946 ] , 1946 , aquarelle, encre sur papier , Collection de la Galerie nationale écossaise d'art moderne , Édimbourg

1935

Le British Columbia College of Arts fait faillite et doit fermer ses portes. Macdonald et sa famille déménagent à Nootka, un lieu isolé situé sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Durant son séjour à Nootka, Macdonald peint abondamment le village autochtone se trouvant non loin de là et le paysage environnant.

Peinture par Jock Macdonald, titré

Indian Burial, Nootka, 1937, huile sur toile, Collection de la Vancouver Art Gallery, fonds des fondateurs

1936

Le séjour de Macdonald à Nootka, d’une durée prévue de deux ans, est écourté en raison d’une blessure au dos. Avec sa famille, il retourne à Vancouver, où il décroche un poste d’enseignant au Canadian Institute of Associated Arts.

1938

Durant l’année scolaire 1938-1939, Macdonald enseigne les beaux-arts à la Templeton High School.

Le professeur

Murale pour l'Hôtel Vancouver

1939

Macdonald reçoit une commande en vue de peindre une murale pour l’Hôtel Vancouver; il choisit de représenter un paysage de Nootka. La même année, avec son épouse Barbara, il se rend à Los Angeles, où il découvre l’œuvre de Picasso, Braque, Modigliani, Derain, Ernst, Gauguin, Miró et Kandinsky. Cette expérience le marquera profondément. En septembre, Macdonald accepte un poste d’enseignant à la Vancouver Technical School.

1940

1940 – La famille Macdonald déménage à Vancouver Nord pour donner à l’artiste un plus vaste espace de travail. Il présente une conférence intitulée « L’art en relation à la nature », qui réunit ses théories sur l’art abstrait et la spiritualité dans le domaine de la peinture. Lawren Harris, un membre du Groupe des Sept, arrive à Vancouver et se lie d’amitié avec Macdonald.

1941

Macdonald part en expédition de dessin de croquis dans les Rocheuses avec Harris. Ce dernier lui fait découvrir la théosophie et l’ouvrage de Wassily Kandinsky, Du spirituel dans l’art. La même année, Macdonald est élu président de la British Columbia Society of Artists et présente sa première exposition individuelle (de 40 toiles) à la Vancouver Art Gallery.

L’aquarelliste

Oeuvre Untitled par Jock Macdonald, 1946 aquarelle, ink on paper Collection de Scottish National Gallery of Modern Art, Edinburgh

Untitled [January 1946], 1946, aquarelle et encre sur papier, Collection de la Scottish National Gallery of Modern Art, Édinbourg

La Peinture Automatique

1943

Dre Grace Pailthorpe (une artiste surréaliste et psychiatre britannique) arrive à Vancouver. Elle fait probablement la connaissance de Macdonald en 1944 et fait une critique de son œuvre en 1945. Pailthorpe encourage Macdonald à adopter la pratique de la peinture dite « automatique », qui consiste à peindre en puisant dans l’inconscient. Certaines des premières œuvres automatiques connues de Macdonald se trouvent aujourd’hui dans les archives de la Scottish National Gallery of Modern Art.

1945

Pour la première fois, Macdonald passe l’été à enseigner à la Banff School of Fine Art, où il rencontre la future membre de Painters Eleven, Alexandra Luke. Il lui fait part de ses connaissances de la peinture automatique.

British Columbia Society of Fine Arts

1946

Macdonald devient membre à vie de la British Columbia Society of Fine Arts et présente une exposition solo de ses peintures automatiques à la Vancouver Art Gallery. Cet automne-là, il quitte Vancouver pour Calgary, où il devient directeur du département des beaux-arts du Calgary Institute of Technology. Durant son année à Calgary, Macdonald fait la connaissance de l’artiste et architecte Maxwell Bates, qui deviendra son ami de toujours.

L'exterieur d' Ontario College of Art, 1950s

Vue extérieure de l' Ontario College of Art , 1950 , Photo par Panda Associates, la permission des Archives d'architecture du Canada , Université de Calgary , Source : Archives de l'Université OCAD / ressources visuelles ( PH506 / 38_9_126_006 )

OCAD

1947

Macdonald accepte un poste d’enseignant à l’Ontario College of Art (aujourd’hui l’Université OCAD) et s’établit à Toronto pour y enseigner la peinture. Il gardera ce poste jusqu’à la fin de sa vie.

1948 - 1949

Macdonald assiste aux sessions d’été de la School of Art de Hans Hofmann à Provincetown, au Massachusetts; Hofmann l’encourage à créer des compositions à base de couleurs plutôt que de lignes.

L’illustrateur

1949

Macdonald passe l’été à enseigner à Bréda, aux Pays-Bas, dans le cadre du Séminaire international pour étudiants.

Peinture de Jock Macdonald, titré

Jock Macdonald , renouvelable Formes , 1950 , aquarelle , la cire résister sur papier , Collection de l'Art Gallery of Greater Victoria , don de Colin et Sylvia Graham

1950

Macdonald enseigne de nouveau pendant l’été dans le cadre du Séminaire international pour étudiants, cette fois à Pontigny, en France.

1952

Macdonald est nommé président de la Canadian Society of Painters in Watercolour et devient membre exécutif de l’Ontario Society of Artists. Il est également nommé artiste en résidence à la Art Gallery of Greater Victoria, où il présente une exposition individuelle.

Le Groupe des Onze

1953

Naissance du collectif Painters Eleven, dont Macdonald est un des membres fondateurs.

L’artiste

Peinture de Jock Macdonald, titré

Jock Macdonald , Motif Nature , 1954 , gouache, encre sur papier , Collection de la Galerie Robert McLaughlin , Oshawa , Achat, 1971

1954

Macdonald participe à l’exposition inaugurale de Painters Eleven à la Roberts Gallery, et reçoit une bourse de la Société royale du Canada pour étudier et travailler en France pendant un an.

1955

Durant son séjour en France, Macdonald se lie d’amitié avec Jean Dubuffet à Vence, en France. Ce dernier encourage Macdonald à trouver de nouvelles façons d’aborder la peinture à l’huile.

1956

Macdonald revient à Toronto et commence à expérimenter avec le Duco (une peinture à base de plastique), une expérience qui durera huit mois. Puis, il découvre et commence à employer la Lucite 44, un type de peinture peu épaisse, liquide, et qui sèche rapidement.

Portrait de Painters Eleven, 1957

Portrait de Groupe des Onze, 1957 , Photo par Peter Croydon , la Robert McLaughlin Gallery Archives , Oshawa , © Lynda M. Shearer

1957

À la Kootz Gallery de New York, Macdonald assiste au vernissage de l’exposition de William Ronald, son ancien élève, désormais collègue au sein de Painters Eleven. Clement Greenberg se rend à Toronto pour faire une critique du travail de Painters Eleven. À Hart House, Macdonald présente une exposition individuelle de ses peintures à la Lucite 44 et à l’huile.

Tom Hodgson et Jock Macdonald à l'ouverture de Park Gallery  1958

Tom Hodgson et Jock Macdonald à l'ouverture Parc Gallery, 1958 , photo de l' Photographie nouveau studio , la Robert McLaughlin Gallery Archives , Oshawa , don de la famille Feheley , 2013

1958

Greenberg revient à Toronto en janvier et affirme que le travail de Macdonald « atteint des sommets absolus ». Les œuvres de Macdonald sont fréquemment exposées.

1897 - 1960

Tom Hodgson et Jock Macdonald à l'ouverture de Park Gallery  1958

Jock Macdonald , 1957 , Photo par Peter Croydon , © Lynda M. Shearer

the Art Gallery of Toronto

1960

Macdonald est élu membre à vie de la International Arts and Letters Society et propose une exposition individuelle à la Here and Now Gallery de Toronto. On lui fait l’honneur d’une rétrospective à la Art Gallery of Toronto (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de l’Ontario). Il s’agit de la première fois qu’un artiste vivant qui n’est pas membre du Groupe des Sept reçoit un tel honneur. Jock Macdonald donne sa dernière classe le 2 décembre. Il meurt d’une crise cardiaque le premier jour du congé des Fêtes pour le collège, le 3 décembre 1960.